skip to Main Content
L’Opéra Du Sichuan

L’Opéra du Sichuan

La Chine, avec sa grande diversité culturelle, compte de nombreux styles d’opéras différents. L’opéra du Sichuan est l’un des plus connus avec l’opéra de Pékin. L’opéra sichuanais est le plus récent du point de vue historique, mais pas le moins spectaculaire. Sa naissance remonte à 400 ans, au début de la dynastie des Qing  (1736-1795). Il s’est formé à partir de plusieurs formes de théâtres populaires de la région, qui ont fusionnés petit à petit pour devenir un seul genre.

L’opéra du Sichuan se distingue des autres opéras chinois par son intrigue plus accessible, son humour, ses acrobaties comme le saut à travers des cerceaux en feu, ses cracheurs de feu, ainsi que sa célèbre performance du « bian lian » (变脸), ou « changement de visage ».

La magie du « bian lian »

Le « bian lian » est propre à l’opéra du Sichuan : les acteurs changent de masques en quelques secondes pour représenter différentes expressions et émotions. La technique utilisée pour cette performance date d’il y a plus de 300 ans, sous le règne de l’empereur Qianlong de la dynastie des Qing (1736-1795). On dit que jadis les sichuanais se peignaient le visage de couleurs vives pour faire fuir les animaux sauvages. C’est ensuite devenu un véritable art théâtral, avec des codes précis.

Les acteurs de l’opéra du Sichuan utilisent 3 techniques différentes pour « changer de visage ». Les deux techniques les plus anciennes consistent soit à étaler sur son visage une pâte pigmentée cachée au creux de la main ou déposée sur le nez, les joues ou les sourcils ; soit à souffler dans une petite boîte remplie de maquillage en poudre qui viendra directement se coller sur le visage huilé de l’acteur. Celui-ci doit fermer les yeux et retenir sa respiration durant le processus.

Image par Russell_Yan de Pixabay

Une troisième technique s’est développée à partir de 1920, utilisant des masques de papier ou de soie peints. Les acteurs portent différentes couches de masques superposés sur leur visage et les dévoilent un par un en quelques secondes par des mouvement du bras ou de la tête. Les masques sont souvent attachés à des parties dissimulées du costume, ce qui permet aux acteurs de les retirer par quelques gestes habiles incorporés dans leur jeu ou dans la danse. C’est la technique la plus compliquée, car elle requiert beaucoup d’habileté, de précision et de rapidité. Ces techniques sont bien gardées et le secret se transmet de génération en génération dans les familles d’acteurs.

Les comédiens peuvent porter jusqu’à dix masques et ainsi changer de visage toutes les 10 secondes par un simple balayement de la main. Tout repose sur l’effet de surprise, les changements doivent être imprévisibles et indécelables par les spectateurs, c’est un véritable tour de magie. Les acteurs les plus expérimentés peuvent porter jusqu’à 24 masques et changer de 10 masques en moins de vingt secondes. Aujourd’hui, des effets de lumière et des lasers sont parfois utilisés pour renforcer l’illusion.

 

 

Les codes de l’opéra sichuanais

Le répertoire de l’opéra du Sichuan est très riche et s’inspire de l’histoire de la province. Ainsi, de nombreuses pièces se déroulent à l’époque des Trois Royaumes, lorsque Chengdu était la capitale du royaume de Shu, il y a 1800 ans. D’autres pièces se déroulent à l’époque de la dynastie Tang ou de la dynastie Song.

On retrouve en général 4 personnages sur scène : le rôle principal masculin, le rôle féminin, le clown et l’aventurier. Les personnages se distinguent selon la couleur de leur masque ou de leur maquillage, et leurs caractéristiques ou des traits de leur personnalité peuvent être révélés à travers leur costume ou la forme de leurs sourcils, de leurs yeux, etc. La couleur rouge est apparentée à la loyauté et au courage, le jaune à la perspicacité, le blanc à la ruse et le noir à la force ou à l’intégrité.

Les représentations d’un opéra du Sichuan comportent également traditionnellement des spectacles de marionnettes et d’ombres chinoises. Les spectacles de marionnettes chinoises datent de la dynastie Han et se sont développés sous la dynastie Song avec l’introduction d’acrobaties. Très peu de personnes maîtrisent l’art des marionnettes chinoises aujourd’hui, en raison de sa difficulté.

 

Où y assister ?

Des représentations d’opéra du Sichuan sont souvent jouées dans des maisons de thé ou bien directement sur des scènes aménagées dans des coins de rues.

La maison de thé Shu Feng Ya Yun.

Vous pourrez assister aux spectacles dans la rue Jinli ou bien dans la célèbre maison de thé Shu Feng Ya Yun  (蜀风雅韵), dans la rue Qintai.

Elle est accessible en bus, via les lignes 25, 46 et 103. Il faut compter environ 150 à 220 RMB par personne. Le spectacle se déroule tous les soirs à partir de 20h.

Si vous arrivez un peu en avance, vous aurez peut-être la chance de voir les acteurs se préparer, se maquiller, et de prendre des photos avec eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top
ICI CONSULTING